Rechercher

Botanique #4

Bonjour à tous j'espère que vous vous souvenez du dernier cours car celui-ci... N'a strictement aucun lien avec le dernier.


Nous allons étudier une plante qui vous servira dans votre session d'étude de potion numéro 1.


Nous allons d'abord approfondir un peu la théorie.

La nature recèle nombres d'herbes aux effets bénéfiques pour celui qui sait les déceler et les préparer.


Notez que si l'expression la plus correcte est « herbes », on parlera aussi ici fréquemment de « plantes » au sens générique du terme. Les effets que l'on en tire sont classés en différentes types :


Curatifs : Aident à soigner.

Anti-poison : Aide à contrer ou contrôler un poison.

Dopant : Boost les capacités mais a souvent des effets secondaires

Fortifiant : Aide à ne pas tomber malade. Ce sont des plantes à effets préventifs, à utiliser avant de tomber malade ou d'être blessé.

Altérant : modifies la nature d'une potion, d'une substance quelconque...

poison : pas besoin d'explication je pense...


Ensuite ce qu'il faut absolument savoir pour toute les plantes quant aux récoltes ( sauf contre indication ) :


Champignons : se récoltent tout au long de l'année, sauf en hiver.

Racines : se récoltent au printemps et automne

plantes : Feuilles, fleurs et baie se récolte de mi printemps à mi- été.

Ecorce : Se récolte en automne.


On utilise la botanique dans différents domaines. en Pharmacomagie, Medicomagie, en potion...etc.


Dans l'antiquité, pour un peu d'histoire de la botanique, les plantes étaient catégorisés selon leur utilité : Comestible ou non, Textile ou medicinale... Les descriptions étaient souvent incomplètes et fantaisistes. Les ouvrages sur les plantes étaient extrêmement rares.

Je peux vous citer les suivants :


Le Manuscrit chinois ( 300 plantes ) en 2800 av. 0

Pline l'ancien, Histoire naturelle. 23-79 ap 0

Theophraste, philosophe Grec et " pére de la botanique ( - 372 )

Dioscoride, dont les travaux sont utilisé jusqu'au 16eme siècle !


Là où la botanique devient intéressante, c'est à partir de Charles Line ( 1707- 1778 ), un Botaniste Suédois qui créa la nomenclature actuelle de la botanique dans son Species Plantarum en 1753.


Définition de nomenclature : Ensemble des mots en usage dans une science, un art, ou relatifs à un sujet donné, présentés selon une classification méthodique ; méthode employée pour l'établissement de cette classification


Pour aller plus loin, pour ceux que ça intéresse, vous pouvez vous renseigner sur J.B monet de Lamarck et Charles Darwin, théoriciens de l'évolution des espèces. Mais je ne vous embêterai pas avec ça.


Le sujet historique étant survolé nous allons passer à la théorie sur les plantes même. Nous allons les étudier d'un peu plus prés et en détail.


Qu'est ce qu'une plante ?


Une plante possède des parois cellulaires renforcées de cellulose, contrairement aux mammifères dont les parois cellulaires sont simples, la plante n'a donc pas besoin de squelette pour se tenir à la verticale. Chez les arbres et les arbustes ces parois se couvrent de lignine avec le temps, on dit alors qu'elles se 'lignifient' c'est à dire que les tiges vertes se transforment peu à peu en bois. Ces plantes pourront alors monter à l'assaut de la lumière sans se casser.


Le système racinaire, végétatif et reproductif compose un plante. Elle est ancrée au sol par ses racines tantôt profondes tantôt superficielles. Ses parties aériennes lui permettent de respirer, car oui, comme tous les être vivants, une plante respire ! Dans ses parties aériennes circule la sève, un liquide constitué de divers élément dont la chlorophylle, un pigment vert qui donne la couleur verte aux feuilles, le pigment peut aussi être orangé comme c'est le cas pour les caroténoïdes ( pigment de couleur orange composant les carottes ). Ces pigments captent la lumière et la transforment en énergie lors du processus de photosynthèse.


Alors que les mammifères ont une respiration simple (inspiration de dioxygène, expiration de gaz carbonique) les plantes ont deux systèmes opposés : la respiration, qui se fait la nuit pour la majorité d'entre-elles et la photosynthèse qui est son opposée et qui a lieu en présence de lumière donc le jour.


En effet, en journée, les plantes absorbent le gaz carbonique et l'eau pour les transformer, sous l'effet de la lumière ( donc grâce à la lumière ) par le processus de photosynthèse en sucres qui leurs permettront de croître, de stocker des éléments mais aussi d'avoir la force de se reproduire. Le processus de photosynthèse produit ensuite du dioxygène émit dans l'atmosphère.



Les plantes ne peuvent pas se déplacer, elles doivent donc s'adapter à leur milieu, c'est le cas des plantes xérophiles qui poussent dans les déserts mais aussi des plantes epiphyte, qui poussent sans terre. Chez les plantes classiques, certaines modifient la forme et la taille de leurs feuilles selon le terroir !



Les Racines :


La racine est la partie qui permet à la plante de se fixer au sol, de se nourrir et de boire. Elles sont également le cœur de la plante, en symbiose avec les champignons et les bactéries.

Ses fonctions sont multiples : Création de sol, Communication, Accumulation de réserves, Absorbtion, fonction de Tuteur ou d'ancrage dans le sol.


Les types de racines : ( 3 types principaux )


Les racines pivots : En gros, c’est une carotte ! ( j'accepte cette réponse dans un devoir XD )

exemple : Mandragore, Chêne, Carotte...


Les racines Fasciculées ( qui crées un faisceau ) : Le système racinaire fasciculé forme un faisceau de racines qui démarrent toutes du même point, il n’y a donc pas de racine principale. En gros, c'est un poireaux !

Les racines traçantes : Dans ce cas-ci, la racine principale est peu développée, ce sont donc les racines latérales qui vont prendre le dessus. Ces dernières vont pousser de façon horizontale à faible profondeur et créer à intervalle régulier une sorte de mini-racine pivot.


LA TIGE :


La tige est un organe habituellement aérien, portant des extensions généralement aplaties, les feuilles. Sa croissance s'effectue dans le sens opposé à l'attraction terrestre (géotropisme négatif) et vers la lumière (phototropisme positif).


LES FEUILLES :


On commence avec les termes utiles pour comprendre les différents composants d’une feuille. Un petit dessin vaut souvent mieux qu’un long discours.



La base : les feuilles sont liées à une branche par un pétiole, de part et d’autres duquel se trouvent parfois des stipules, il y a des nervures, dont une qu’on appelle nervure médiane, et il y a des limbes autour.


Pour apprendre plus facilement : pour L'aisselle... Pensez à la votre, elle a la même forme ! Dans les limbes, c'est là où



ECORCE :


On pourrait définir l’écorce, de manière simple, comme l’enveloppe la plus externe des végétaux ligneux. Elle correspond à la couche protectrice des végétaux que l’on peut assez facilement détacher.


Les botanistes distinguent en fait deux écorces :

  • L’écorce externe, imperméable, liégeuse, isolante, plus ou moins crevassée et morte, d’une part.

  • L’écorce interne, métaboliquement active et vivante, d’autre part.

Nous ferons des cours détaillés sur chaque partis des plantes. Pour le moment, arrêtons nous là !


Votre devoir à rendre avant le 27/01/2021


https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfjSDLA-C7LN_ajbddc1lOwaulAlyd_GB6NT6pVGWKrI_eqiw/viewform?usp=sf_link



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout